LES CLÉS DE NOTRE PEDAGOGIE

Diversité des métiers de la 3D

Avec les spécificités des outils qui leur correspondent, notre pédagogie prend en compte la diversité des orientations possibles dans le domaine de la 3D :

• Diversité des domaines d’application : le cinéma d’animation, les effets spéciaux, les séries télévisées, la publicité, le jeu vidéo et les habillages des chaînes de télévision.
• Diversité des métiers, à dominante artistique — animation, modélisation, rendu — ou technique, comme la programmation.

La dynamique d’un groupe
Outre les conditions privilégiées de l’apprentissage technique, deux facteurs rendent possible une spécialisation effective à la 3D sur onze mois :
• Les acquis antérieurs des élèves, notamment en animation traditionnelle, en photographie ou en informatique.

• L’émulation et les échanges d’expérience qui naissent de la diversité des profils et se développent au sein de la formation.

L’impératif de la maîtrise technique
La 3D repose sur des technologies avancées. En deçà d’une certaine maîtrise de l’outil toute expression artistique est impossible. Dans la perspective d’un métier qui ne tolère pas l’à-peu-près, la condition d’une capacité opérationnelle effective en fin d’année repose sur deux principes :
• Un tronc commun d’initiation à la pratique de deux logiciels de référence, à l’issu duquel chaque élève fait le choix de l’outil qui lui correspond le mieux.
• Six mois d’apprentissage technique intensif avec une charge de travail importante, mais d’autant mieux acceptée que l’esprit du groupe crée une dynamique et que notre propre suivi, facilité par un effectif limité, permet un véritable accompagnement.
La liberté et les exigences d’un projet personnel
Le dernier trimestre adopte une autre configuration en créant à petite échelle les conditions réelles d’une production 3D avec un double objectif :
• Amener les élèves à la gestion rigoureuse d’un planning : évaluer la charge de travail, l’inscrire dans une durée et tenir le délai, c’est aussi un apprentissage.
• Réinscrire les acquisitions techniques des deux premiers trimestres dans une perspective de création, avec toute liberté sur le plan technique et sur le sujet choisi ; dépasser la logique de l’outil, concentrer son effort sur le sujet et sur l’image, pour retrouver le sens du métier.